Partagez|

Ma soeur me manque. Beaucoup. [PV Del']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

| Messages | : 29
| Points | : 50
| Date d'inscription | : 26/09/2012
| Célébrité sur l'avatar | : Darren Criss

MessageSujet: Ma soeur me manque. Beaucoup. [PV Del'] Jeu 27 Sep - 22:12

J'étais arrivé à New York il y a à peu près une semaine, après qu'un certain Ian Blackwood qui était en fait le petit ami de ma petite soeur m'ait supplié de lui rendre visite à New York. Au début, j'avais refusé, je ne voulais pas être confronté à mon passé, j'avais tiré un trait sur ma famille depuis bien longtemps et je ne voulais pas que ça change. Mais Ian n'a pas abandonné, il a continué à me rendre visite et au bout d'un moment, ça m'avait tellement soulé que je l'ai laissé entrer. Ouais. Et je lui avais flanqué un joli coup de poing, histoire de lui montrer qu'il était le bienvenu dans ma maison. Je vivais en Californie à ce moment-là, j'y avais fait ma vie. J'avais poursuivi mes études en musique, j'avais une belle maison et je m'y plaisais bien. Je vivais en paix, jusqu'à ce que ce jeune homme qui me rappelait vaguement quelque chose fasse intrusion dans ma vie. Au bout d'un moment, il s'est mis à passer une fois par semaine. Au début, ça m'exaspérait mais finalement, je me suis rendu compte à quel point Delilah me manquait. Elle n'avait jamais cessé de me manquer, c'est juste que je faisais tout pour ne plus penser à elle, j'avais rangé toutes les photos d'elle et de nous deux dans une boîte, que j'avais finie par mettre au grenier. Je n'aurais jamais dû. C'était ma soeur, la personne qui avait été là pour moi aux moments où j'avais besoin de quelqu'un pour parler. Elle avait beau avoir quatre ans en moins que moi, elle me comprenait et je lui faisais confiance. Pourquoi avais-je ne serait-ce l'espace d'un moment pensé que je réussirais à l'oublier en rangeant toutes les photos que j'avais d'elle ? J'avais été con de penser de telles choses. Je m'en voulais à mort. En réfléchissant à tout ça, j'avais commencé à apprécier un peu Ian. Le terme "amitié" était sûrement trop fort, mais je lui étais reconnaissant. Pour ce qu'il faisait pour ma soeur. Parce qu'il était là pour elle, alors que moi, je m'étais enfui, l'abandonnant à son sort. Ian m'agaçait, mais malgré tout, il réussit à me convaincre de repartir pour New York. J'avais réfléchi pendant quelques mois encore. Etais-ce vraiment une bonne idée ? Comment Delilah m'accueillerait-elle ? Elle serait sûrement folle de rage. Déçue, surtout. Malgré ça, je trouvais que ça valait quand même le coup d'essayer. Si ça ne marchait pas, je retournerais en Californie. Mais avant, je ferais tout pour qu'on retrouve cette relation frère-soeur, cette relation qui avait été si forte avant.

J'avais donc fait mes bagages, et j'avais pris un vol pour New York City. En atterrissant, j'avais eu une boule dans le ventre, d'un côté parce que je venais d'atterrir dans ma ville natale, mais surtout parce que j'allais revoir ma soeur. Ca faisait tellement longtemps qu'on ne s'était plus vus ... Elle aurait sûrement changé, en apparence mais aussi point de vue caractère. J'avais loué un appartement, assez petit mais pas trop coûteux et je m'étais installé. Par où commencer à chercher ? Parce que oui, New York était une énorme ville, ça on pouvait le dire. Je n'étais pas arrivé à rejoindre Ian, pour des raisons qui me sont à présent toujours inconnues. J'étais sorti et j'avais demandé aux gens autour de moi s'ils connaissaient une certaine Delilah Donovan. Sans succès. Une semaine s'écoula, sans que je ne repère la moindre trace de ma petite soeur. Je commençai à perdre espoir, jusqu'au moment où je me souvenus d'une incroyable invention : Facebook. Je n'avais jamais aimé les réseaux sociaux, mais je me forcai quand même à m'inscrire. En quelques minutes, je tombai sur une Delilah J. Donovan, qui devait être ma soeur. Oui, elle lui ressemblait. Mais ce n'était pas celle que j'avais en tête. Je finis par lui envoyer une demande d'amitié, qu'elle accepta assez rapidement. Qu'elle m'accepte était déjà un assez grand pas. J'avais regardé ses photos, et souvent j'étais tombé sur des photos d'elle et Ian. Obligé que ce soit elle. Je lui avais parlé, je ne sais même pas où j'ai trouvé le courage de le faire. Tout de suite, elle m'a rejeté, m'a dit de repartir de là où je venais. Elle m'avait blessé. Je m'attendais à ce genre de réactions, mais je n'avais jamais pensé que ça me ferait autant de mal. J'avais essayé tant bien que mal de lui expliquer qu'elle me manquait, que je n'aurais jamais dû la quitter. Mais rien à faire, elle me rejetait et me promit de tout faire pour m'éviter.

Je ne savais plus quoi faire. Ian était toujours injoignable, lui non plus ne pourrait pas m'aider. Je ne connaissais personne ici, les proches de Delilah la soutiendraient sûrement et me rejetteraient également. Avant, lorsque je ne savais pas quoi faire, j'adorais aller à Central Park. La beauté de cet endroit m'apaisait et m'inspirait. Pourquoi ne pas y aller ? On ne savait jamais que je trouve une solution à mon problème. Je me rendis donc en taxi à Central Park, où je me promenai pendant un long moment. Je finis par m'appuyer contre un arbre, scrutant les environs. Mon coeur sembla s'arrêter pendant quelques secondes. Delilah était assise sur un banc, seule. Elle était ravissante. Je me sentis soudainement incroyablement coupable de l'avoir abandonnée comme ça, j'étais quelqu'un d'ignoble. Elle avait la mine triste et elle regardait dans le vide, ne réagissant pas aux bruits de la ville. Je restai quelques moments à l'observer, et je réalisai qu'elle avait énormément changé. Ce n'était plus la petite fille sensible que j'avais connu avant. Non, c'était une jeune fille d'une beauté incroyable qui avait l'air d'avoir beaucoup changé. Doucement, je m'approchai, hésitant. Elle avait dit qu'elle ne voulait plus me voir, qu'elle ne voulait plus entendre parler de moi. Pourtant, je continuai de l'approcher. Je ne réfléchissais plus, mon corps bougeait tout seul. Je me tenais à une dizaine de mètres d'elle. Je m'approchai encore de quelques mètres, pour enfin m'arrêter.

« Delilah ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ETUDIANTE
avatar

Et si tu nous disais tout de toi ?
Groupe: Beta
Etudes: Lettres - Photographie
Relations:

| Messages | : 405
| Points | : 275
| Date d'inscription | : 01/12/2010
| Age | : 22
| Localisation | : Probablement à Jersey City, à proximité très proche de Ian Blackwood.
| Célébrité sur l'avatar | : Nina Dobrev ♥

MessageSujet: Re: Ma soeur me manque. Beaucoup. [PV Del'] Jeu 13 Déc - 21:29

Delilah finit son cours de danse en sueur. Elle était trempée des pieds à la tête. Voilà quelques semaines qu'elle avait reprit la danse classique en plus du yoga, de la course à pieds et de quelques séances de piscine occasionnelles. La danse et le yoga font travailler tous les muscles du corps et nécessitent une concentration totale pour ne pas se vautrer en beauté. Ce sont des sports qui mobilisent entièrement le corps et l'esprit, à vous empêcher de penser à autre chose qu'à ce que vous êtes en train de faire. Ce qui était absolument parfait pour la jeune fille, vu tout ce qu'elle traversait en ce moment, raison pour laquelle elle avait établi un rythme très soutenu pour sa pratique personnelle. Elle finit son arabesque face au miroir, reposa les pieds sur le sol, et, par conséquent, recommença à penser. Elle ne voulait pas penser, donc elle se précipita dans les vestiaires, se déshabilla puis rentra dans une cabine de douche. Sous les jets d'eau qui la brûlait presque, elle ferma les paupières et laissa ses pensées s'échapper avec la vapeur chaude. Pour la première fois depuis des lustres, elle ne pensait à rien d'autre qu'aux gouttes d'eau qui dégoulinait le long de son corps, et ça faisait un bien fou. Elle resta presque quarante-cinq minutes sous cette douche providentielle, et fut forcée d'en sortir car la queue devant la porte de la cabine s'allongeait et les gens commençait à manifester leur mécontentement en tambourinant contre la porte et en maugréant. La jeune femme s'enroula donc une serviette autour du corps et sortit dans la partie commune des vestiaires féminins en s'excusant. Elle prit ensuite un jean et une chemise rouge qui allait lui servir de rechange et se mit à l'aise dans ce nouvel ensemble. Le peu de temps que cela nécessitait fut assez pour que les pensées de la brune reprennent. Très vite, pour essayer vainement de distraire son esprit, elle récupéra son sac, sa veste et le reste de ses affaires avant de se précipiter vers la sortie. Le froid du dehors la surprit, paralysant ses réflexions pour quelques secondes. Mais, dès qu'elle se fut habituée à la température, son cerveau la tortura de nouveau de plus belle. Vous voulez peut-être savoir ce qui la préoccupe autant, non ? Je vous le donne en deux mots comme en mille : son frère. Car oui, même si elle a toujours dit à ceux qui ne le connaissait pas qu'elle était fille unique, Delilah Donovan a un frère. Un grand frère de quatre ans de plus qu'elle, William, qui a quitté la maison a dix-huit ans. Il l'a laissée, elle, sa petite sœur de quatorze ans, livrée en pâture à ses parents aux disputes aussi insupportables qu'incessantes. Jamais de nouvelles, pas un mot, rien. Elle a passé six longues années à le haïr pour ce qu'il avait osé lui faire subir de par son absence, et continuait à le détester pour ça mais il avait fallu que Ian s'en mêle et le déterre de son trou de Californie pour le ramener quasiment de force à New York. Del avait beau savoir qu'il avait fait ça pour elle, si l'amour de sa vie avait pu ne pas s'en mêler, ça l'aurait arrangée. D'autant plus que, depuis qu'il était là, il s'était beaucoup rapproché d'une certaine Mary-Charlotte Taylor, autrement dit la fille qui lui avait fait le plus de mal dans sa vie. Et elle avait peur que nouer une « amitié » avec son frère lui donne juste un ancrage de plus pour faire souffrir la jeune femme. Mary se faisait passer pour une Sainte Nitouche qui ne blessait jamais personne, mais ça ne l'avait pas empêchée d'embrasser et de quasiment coucher avec son petit ami. Oh bien sûr, elle avait prétexté une amnésie suite à un accident de voiture pour s'en sortir indemne. Tout le monde y avait cru, sauf Leya et elle. Et elle n'y croyait toujours pas. C'était trop facile, ça tombait trop bien, et son amnésie partielle n'avait effacé que le mois où tout s'était passé. Pratique, non ? Delilah ressentait toujours la souffrance, la blessure, l'impression d'avoir le cœur qui explose. Ne plus vouloir vivre tellement on a mal, se défoncer le poing contre un mur en apprenant l'identité de celle qu'elle considérait comme une amie. Vouloir s'enterrer dans une grotte et ne plus jamais sortir, se noyer dans sa propre douleur. Non, elle n'avait pas oublié. Malgré toute la volonté de vouloir oublier après que les choses se soient arrangées, c'était impossible. Elle fut tirée de ses pensées par une voix très lointaine qui l'appelait. Elle secoua la tête pour se réveiller et se rendit compte qu'elle avait échoué par hasard sur un banc du Parc Floral de Central Park. Elle vit aussi que la voix était au contraire très proche et qu'elle appartenait... à son frère. Plongée dans ses réflexions, une larme avait coulé. Elle l'essuya et releva la tête, regardant ce désormais inconnu. « Vas t'en. Je ne veux pas de toi dans ma vie. Je veux que tu saches ce que ça fait de se retrouver tout seul. » Sa voix était calme, posée, monocorde. Certains diront froide. En même temps, après huit ans d'abandon, qu'est-ce que vous vouliez qu'elle lui dise d'autre ? Bien sûr qu'elle voulait le protéger de Mary-Charlotte mais une haine construite de toutes pièces en huit longues années ne se détruit pas en un claquement de doigts. Elle inspira profondément. « Pourquoi t'es revenu ? Qu'est-ce que tu veux ? Qu'est-ce que tu cherches ? Pourquoi tu cherches absolument à me retrouver alors que c'est toi qui est parti ? T'avais pas le droit de me faire ça mais tu t'en foutais ! Et maintenant que j'ai recommencé ma vie, que je suis heureuse, tu te pointes comme une fleur, comme si rien ne s'était jamais passé. Pourquoi putain ?! T'as pas le droit de faire un truc pareil ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ma soeur me manque. Beaucoup. [PV Del']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
» Soeur Sourire
» Quand on manque d'argent .. [PV Yozora]
» Soeur de Sigmar
» Auprès de ma soeur....[pv: Amy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NEW YORK & CO' :: ♣ Manhattan :: Central Park :: Parc Floral-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit