Partagez

Comme une trainée de poudre - Jaylin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité


Comme une trainée de poudre - Jaylin. Empty
MessageSujet: Comme une trainée de poudre - Jaylin. Comme une trainée de poudre - Jaylin. EmptyLun 23 Jan - 19:00

Ca faisait bientôt un mois que Leonid était « Loukas ». Il avait eu un peu de mal a se mettre dans la peau de son frère au début mais dorénavant, tout allait beaucoup mieux. Il gérait le bar d'une main de maitre. Bien que la première semaine ne fut pas bonne.. la clientèle restait la même, mais n'ayant aucune notion en ce qui concernait l'organisation de ce boulot, il avait dut taper sur les économies – pas les siennes évidemment – pour remettre a niveau le Pouchkine. Après les problèmes liés au travail, le plus dur fût de comprendre son mode de vie. Loukas ne sortait jamais ou quoi ? Il ne s'amusait jamais? Ce boulot lui prenait tout son temps, c'était infernal. Mais bien pire encore, il y avait Andrew, ce serveur très ..tactile. D'après ce qu'il avait comprit, il était amant. Ca n'était pas le délire de Léonid, du tout. En faite, il n'avait pour ainsi dire jamais essayé avec un mec. Il avait donc dut le virer sans raison particulière, prétextant qu'il avait volé dans la caisse, jusqu'à ce qu'il réalise que ce serveur était un pilier pour le bar, il était près a tout pour l'homme qu'il aimait.. Avoir quelqu'un a sa botte, c'était pile ce dont il avait besoin. Forcé de parler du petit trafic de drogue qu'il faisait dans le bar a cet employé, il l'avait réengager. Andrew l'aidait même a vendre sans rien demander en retour. Le parfait pigeon ! Mais certain client n'avait pas besoin qu'on viennent les chercher.. C'est ce qui nous amène a Elle...


Vendredi soir... Un soir qui rapportait gros au Pouchkine en général. Les étudiants fêtaient le week end et la carte bleu était toujours chaude pour une nouvelle bouteille. L'ambiance dans le bar était a son comble, un groupe local jouait dans le fond de la salle, alternant concert Rock et musique d'ambiance entre leur pose, laissant une chance a chaque personne de trouver une musique qui leur plairait dans la soirée. Tout le monde était débordé, sauf lui. « Loukas » n'était pas de ces types qui se tuait a la tache, après tout, il payait des employés pour ça non? Accoudé au bar, il discutait avec trois filles qui lui faisait les yeux doux, servant des verres dès qu'ils étaient vide. C'était ses seules clientes depuis plus d'une heure. Andrew ne cessait de les observer. Officiellement, d'après Loukas c'était une façon de fidéliser la clientèle. Officieusement, c'était une façon de ne pas rentrer seul ce soir. Malheureusement, notre homme fut obliger de mettre fin a sa conversation lorsqu'il remarqua dans la salle un groupe d'étudiant quelques peu... bourré et chiant, importunant d'autre client. Il s'excusa et rejoignit les jeunes adultes. «  Messieurs, ce fut un plaisir de vous recevoir ce soir, et ce sera un honneur de vous mettre dehors. » Un petit sourire ironique par dessus tout ça, et ils sortirent, sauf deux, cherchant les emmerdements. Seulement voilà, on ne faisait pas chier un homme comme lui. Il n'avait pas le gabarits d'un nerveux toujours partant pour une baston, mais il savait faire bon usage de ces poing cependant, et avait suffisamment de contact a l'extérieur pour que ces gosses ne soit même plus reconnaissable lors de l'autopsie...Finalement, ils sortirent après qu'il haussa a peine la voix et il revient vers la petite bassecour qui l'attendait sagement au bar.

Ses yeux vagabondèrent régulièrement dans la salle, vérifiant que tout le monde soit servit et qu'il n'y ait d'autre problème, et a chaque fois, il terminait cette observation sur une fille assise a une table avec une autre nana. Et plus il l'observait, plus elle l'intriguait. Au finale, il la scruta au moins cinq bonnes minutes. Il connaissait parfaitement ces gestes. Ces signes de manque. Elle avait les mains qui tremblaient contre son verre, et frottait la base de son nez de façon très fréquente et avait mauvaise mine. Il observa alors son verre. Elle consommait de l'alcool fort , et pur. Il se mit a sourire et fit fausse compagnie aux jeunes femmes agglutiné contre le bar, se dirigeant vers Jaylin, qu'il avait déjà dépanné une fois. Pourquoi n'était-elle pas venue le voir plus tot? Avait-elle peur de demander, ou pensait-elle peut-être qu'il était trop occupé? Arrivé a la table, il posa ses mains dessus et salua les deux jeunes femmes, retirant les verres vides «  Et que fait deux demoiselles seules une vendredi soir? » il regarda la fille qui hurlait son manque silencieusement «  a te saouler avec ça surtout. Si tu veux vraiment boire un bon alcool, suis- moi, je vais te faire gouter la spécialité de mon bar ». Cette invitation ne visait qu'une personne. La vraie cliente. Il fit un sourire a l'alcoolique chronique et posa sa main dans le dos de son amie, se penchant vers elle, lui murmurant quelques mot a l'oreille : «  je t'emprunte ton amie une petite minute, j'espère que tu seras encore là a son retour, et au mien aussi ». Il sélectionnait minutieusement ses clients, par intuition. Et lorsqu'elle était foireuse, il s'arrangeait par le biais d'une tiers personne pour que le « mauvais client » ne l'ouvre pas. Et l'Autre là, il n'en voulait pas, ne la sentant pas claire. La draguer était le meilleure moyen pour qu'elle patiente sagement ici sans vouloir accompagné son amie ! Et pendant que l'une se repoudrerait le nez, l'autre le poudrerait d'une meilleure façon ! Il lança un regard a Jaylin suivit d'un mouvement de la tête lui indiquant de le suivre alors qu'il s'éloignait lui même de la table, passant par la porte derrière le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité


Comme une trainée de poudre - Jaylin. Empty
MessageSujet: Re: Comme une trainée de poudre - Jaylin. Comme une trainée de poudre - Jaylin. EmptyMer 1 Fév - 0:11

Comme une trainée de poudre «They tried to make me go to rehab, I said no, no, no Yes I've been black and when I come back, you'll know, know, know I ain't got the time And if my daddy thinks I’m fine
They tried to make me go to rehab I won’t go, go, go . »

Ma descente aux enfers continuait, plus que jamais je dirais presque. Je n'étais vraiment plus la fille que j'étais avant, tant physiquement que moralement. Je faisais vraiment peur a voir. Amaigrit a faire peur, les traits tirés par le manque de sommeil, la prise de drogue et les fêtes a gogo, j'étais loin de la Jay bien dans sa peau, avec des formes de déesses et une assurance a tout épreuves, cette fille là était bien loin derrière moi et c'était loin de me faire peur ou de m'inquiéter. Les gens me disent qu'ils sont avec moi, qu'ils veulent m'aider, mais ils ne le peuvent pas, même avec la meilleure volonté du monde pour la simple et bonne raison que je ne veux pas être aider, ou sauver. La seule chose que je voulais vraiment c'était oublier, tout oublier, quitte a m'oublier moi-même. Je suis consciente que ce que je fais est dangereux, je porte encore les traces de ce qui aurait pu être la cause de ma mort, un bad trip, mais cette douleur là, physique, a vous faire hurler a la mort, est toujours moins douloureuse que celle que mental. Cet enfoiré m'avait détruite, deux fois. La première fois en posant ses mains pourries, sales sur mon corps. La deuxième fois en posant son regard sur moi, son regard effrayant d'enflure. Jamais je n'aurais crue qu'un regard puisse autant faire de mal, autant chamboulée quelqu'un. Je me sentais si mal, si sales, si insignifiante que le seul moyen que j'avais trouvé pour me faire aller mieux, pou m'empêcher de me jeter sous un train, était de me tuer a petit feu en devenant tout ce que je m'étais jurer de ne jamais devenir. Une droguée, une menteuse, une de ses personnes qui délaisse les gens qui tiennent a elle. Je ne voulais vraiment pas être cette fille mais c'est la vie qui m'y oblige. J'étais là, dans un bar, un vendredi soir, accompagnée d'une des potes de d'Alexei. Je ne sais même pas ce que je faisais là, au Pouchkine. Ou peu être qu'inconsciemment mon esprit m'avais mener jusqu'ici, vers Loukas. Cela me faisait pensée que je ne l'avais pas encore croisé. J'étais là, assise a une table, mon verre d'alcool entre mes mains tremblantes. Tout mon corps tremblait, criait sa douleur. Oui j'étais en manque, et quelque chose de bien. Mais pourtant je ne bougeais pas, je restais assise, avec une fille que je n'apprécie même pas vraiment. Je suis déconnectée de la réalité, enfermée dans cette sensation de manque que je ressens dans tout mon corps. Deux mains connue se posant sur notre table me tirèrent de mes pensée. Je relève la tête et voit Loukas qui nous enlève nos verres. «  Et que font deux demoiselles seules un vendredi soir? »Dit t-il avant de regarder mon «  amie  ». «  A te saouler avec ça surtout. Si tu veux vraiment boire un bon alcool, suis- moi, je vais te faire gouter la spécialité de mon bar » Je le regardais sourire a Sarah avant de voir sa main se glisser dans son dos. Je ne brocher pas, et le laissait faire, j'en avais rien a faire. Loukas se pencha ensuite vers elle avant de lui murmurer quelque chose à l'oreille.«  Je t'emprunte ton amie une petite minute, j'espère que tu seras encore là a son retour, et au mien aussi » . Je le regardais sans comprendre ce qu'il faisait. Loukas m'avait aidée quand j'étais en manque et qu'Alexei était je ne sais ou sur cette planète. J'espérais qu'il le referait, ce soir. Mais pour le moment il semblait juste être entrain de la draguée. Je restais a le regarder, exaspérée au plus haut point. Sarah partit au toilette, se «  repoudrait le nez » je restais avec Loukas. Il me regarda avant de me faire un petit mouvement de tête et d'instinct, je sus que je devais le suivre. Il quitta la table et fila par une porte, derrière le comptoir. Je respirais calmement, attrapant mes affaires et le rejoignais en marchant dans ses pas. Une fois dans la pièce isolée, rien que lui et moi, je refermais la porte, et le regardais, de mes yeux vide, mes mains tremblantes de par le manque. Il me fallait ma dose et je savais que Loukas avait de quoi me ravir, mais je devais résisté, je devais le faire, au moins essayer. Je m'approchais de lui, un pâle sourire sur les lèvres.

Contente de te revoir Loukas ! Je le regardais, lui, ses yeux verts, sa bouille a tomber par terre, ouais, il était canon et surtout il pouvait m'avoir ce dont j'avais besoin rapidement, et en ça, il était mon meilleur ami. Je sais c'était légèrement, pour ne pas dire totalement, pathétique de ma part. Tu voulais me parler ? Je t'écoute.

Ah, mon dieu, ce que j'étais pathétique a essayer de faire genre, alors qu'en faite, je n'avais qu'une envie, qu'il sorte sa dope, et que je puisse enfin m'oublier et allais un peu mieux même en planant a trois milles. J'étais de plus en plus agité par le manque, ne tenant plus en place. Mes gestes étaient saccadé, je lançais des regards furtif a Loukas, attendant de savoir ce qu'il me voulait. J'avais les nerfs en pelotes, tout ça encore une fois a cause du manque qui me ronger et qui me donnait l'air, d'un … D'un zombie ou a une truc pas vraiment accueillant, ni agréable à regarder. En moi, il y avait deux partie, la partie qui voulait s'en sortir, ma partie encore consciente, celle qui me disait d'arrêter, de continuer a voir mes amis, et puis l'autre partie, qui me répétait sans cesse pourquoi je me droguais et pourquoi je me détruisais comme çà pour un mec qui n'en valait pas la peine, un mec qui avait fait de la prison, un enfoiré de première. Je soupirais et levais des yeux fyant vers Loukas qui été toujours là, a m'observer.

HJ : désolée du retard ù_ù

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité


Comme une trainée de poudre - Jaylin. Empty
MessageSujet: Re: Comme une trainée de poudre - Jaylin. Comme une trainée de poudre - Jaylin. EmptyMer 8 Fév - 21:58

Il n'eut même pas besoin de se retourner pour vérifier qu'elle le suivait, elle le suivrait de tout façon, il le savait. Poussant la porte pour accéder a l'arrière du comptoir, il pénétra dans une salle qui avait l'air tout a fait banal. Une réserve d'alcool, de verres, et des cartons encore entassés un peu partout. Il sorti alors son trousseau de clé, s'approchant d'une porte qui avait l'air d'être condamnée. Il l'ouvrit, et la lumière se fit bien plus faible. Attendez, vous n'imaginez pas qu'entre les olives pour Martini et les bouteilles de red-bull se trouvait un carton de cocaine? Jaylin était déjà venu a l'arrière, il ne doutait donc pas qu'elle se rappellerait du chemin. Une droguée, c'est comme un chat. On lui donne a manger une fois quelque part, il retrouvera toujours ce lieu. "Contente de te revoir Loukas ! " Ce fut seulement a cet instant qu'il se retourna, dissimulant un sourire derrière ce visage faussement amicale qu'il pouvait aborder. Contente de le revoir? Oh, évidemment, ils étaient si proche l'un et l'autre... Ne pouvait-elle donc pas être honnête et dire tout simplement : " Donne s'en moi Loukas !" Cependant bien qu'elle n'en venait pas au faits directement, elle tournait autour du pot : "Tu voulais me parler ? Je t'écoute." Lui parler? Oh, il n'avait pas grand chose a lui dire, il n'était pas la pour faire la conversation mais du business. Malgré tout, il acquiesça et la fixa un instant, baissant ses yeux jusqu'aux mains de la demoiselle. Lorsqu'elle tremblèrent, un rictus s'installa brièvement sur ses lèvres et il remonta en pic son regard dans le sien. Elle était en manque, totalement. Ca se lisait sur son visage. Et c'était là que ça devenait intéressant. La marge de bénéfice se faisait facilement avec une fille comme elle.

Il fit quelques pas vers elle, et attrapa sa main gauche, qu'il examina comme une diseuse de bonne aventure, observant la paume et ses lignes.En faite, ce qu'il regardait était les veines sous son poignet. Il remonta ses manches, constatant qu'il n'y avait pas de grands dégats. Elle ne devait pas se piquer. Dommage, ca rapportait plus. " t.t.t.t" fit-il en rabaissant sa manche d'un air paternaliste. " Ma pauvre Jaylin, regarde toi. Tu te met dans un état. C'est triste. " Il lâcha sa main, lui laissant imprégner ses mots, et lui assena par la suite un léger sourire compatissant. " Pourquoi tu n'es pas venue me voir plus tot? A quoi sert notre amitié si je ne peux même pas t'aider ?" Là ou c'était drôle, c'était que Loukas était bien évidemment la dernière personne qui voulait aidé cette fille. De une, il n'en avait strictement rien a foutre, de deux, si elle allait mieux, elle lui rapporterait plus rien. Alors franchement. Comme on dit le malheur des uns fait le bonheur des autres ! Alors, même s'il n'envisageait pas de l'aider comme un vrai ami, il pouvait lui laisser y croire. La rendre dépendante de cet ami. De ces amis. Lui, et la poudre qu'il pouvait lui vendre. Et plus il lui parlait, plus il animait son envie de prendre une ligne. Plus il remuait son manque a coup de pied, car elle savait très bien que si elle était là, ça n'était pas pour rien. Il ouvrit un petit coffre et sortit l'équivalent de 80$ de poudre, soit quelques ligne seulement. Il observa ensuite la jeune femme. Affamé un lion et tendez lui un steack saignant, vous verrez ce regard, le même que la demoiselle avait. Il ouvrit le petit sachet et y trempa le bout de son doigt. Quand il le ressorti, il était face a elle, et il referma le sachet, lui tendant son index a peine poudré, effleurant ses lèvres avec. " mais... tu es consciente que je ne peux te rendre service tout le temps...combien tu as sur toi ma jolie?"

Un business. Elle en ferait les frais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Comme une trainée de poudre - Jaylin. Empty
MessageSujet: Re: Comme une trainée de poudre - Jaylin. Comme une trainée de poudre - Jaylin. Empty

Revenir en haut Aller en bas

Comme une trainée de poudre - Jaylin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» S o f i a ▬ L'Italie est comme un artichaut qu'il faut manger feuille à feuille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NEW YORK & CO' :: ♣ Manhattan :: Time Square :: Bar :: Le Pouchkine-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit